Archives pour la catégorie Appels à contribution des membres

AAC – La place de la communication interne dans le management de la performance et la compétitivité du capital humain des organisations publiques et privées

Appel à contribution

Affiche Final Colloque avec modification (1)Colloque international sur : « la place de la communication interne dans le management de la performance et la compétitivité du capital humain des organisations publiques et privées »

Organisé par l’École nationale de commerce et de gestion d’Agadir, l’Observatoire régional des métiers de l’Entreprise et l’Équipe de recherche en transport et technologie de l’information et logistique. En partenariat avec L’ESC Pau Business School

19 et 20 décembre 2019
Agadir, Maroc

  • Soumission des intentions de communication:  8 octobre 2019
  • Décision du comité de lecture:  2 novembre 2019
  • Envoi des textes complets (12 à 25 pages, 25000 à 40 000 caractères maximum hors références bibliographiques) : 3 décembre 2019

Lire l’appel à contributions complet

AAA – La question européenne dans les organisations

Nadège Broustau, Université libre de Bruxelles, ReSIC et membre du RESIPROC et sa collègue Marie-Hélène Hermand, Université Bordeaux Montaigne, lancent un appel à articles pour le numéro 57 de Communication & Organisation

  • Envoi des propositions selon les consignes de rédaction : 15 septembre 2019
  • Remise de l’article intégral : 9 décembre 2019

Étant entendu que la communication ne peut tenir lieu de projet politique européen mais qu’elle contribue à faire éclater au grand jour l’absence de projet politique (crise des migrants, injustices sociales, crise grecque, Brexit, crise italienne, nomination aux postes-clés de l’UE…), ce numéro propose de faire un point sur « les » communications européennes en cette période d’évaluation du programme « L’Europe pour les citoyens » (2014-2020) qui vise à « encourager une participation civique responsable et démocratique et le sentiment d’appartenance à l’Union européenne »[1]. D’un côté, il s’agit d’identifier différentes manières dont « l’Europe » se communique, non seulement par le canal des institutions communautaires mais aussi par le canal d’organisations de natures très diverses (institutions, entreprises, associations, syndicats, médias) qui exploitent ou déclinent le thème européen en fonction de leurs intérêts propres. Ceci invite à comprendre, dans des contextes spécifiques, ce que recouvrent les termes de la communication européenne pour les différents acteurs impliqués. D’un autre côté, il s’agit de déceler les possibilités consenties au citoyen de s’exprimer au sein de dispositifs de communication européenne plus ou moins ouverts à sa participation ou, au contraire, d’identifier les discours et les pratiques qui entraînent son exclusion. Ceci implique de repérer les occasions, saisies ou délaissées, de la prise de parole citoyenne à l’égard du thème européen.

AAC – La participation dans un monde de communication

Colloque scientifique international – « La participation dans un monde de communication » (LASCO – PreCOM)

La date limite pour répondre à l’appel à communication pour le colloque a été déplacée au 30 avril 2019.

Le colloque aura lieu les 12 et 13 septembre 2019 à Bruxelles.

Le laboratoire d’analyse des systèmes de communication d’organisations (UCLouvain) et le pôle de recherches sur la communication et les médias (Université Saint-Louis) organisent un colloque scientifique international « La participation dans un monde de communication » sur le site de UCLouvain Saint-Louis – Bruxelles le 12 & 13 septembre 2019.

Les quatre axes thématiques

Le premier axe (participation & organisation) propose d’explorer la participation à partir des approches communicationnelles constitutives. Le second axe (dispositifs de communication & participation) vise à interroger la participation en tant que dispositif. Le troisième axe (professions de la communication & participation) veut interroger la construction de parcours et profils professionnels liés à la création, gestion et « captation » de la participation. Le quatrième axe (réception et appropriation de la communication et de la participation) s’intéresse à l’appropriation des dispositifs et du processus de participation du point de vue des publics.

Détails et informations pratiques sur la plateforme: https://participation19.sciencesconf.org

AAC – Les enjeux et usages de la temporalité en communication politique

Colloque PROTAGORAS
« Les enjeux et usages de la temporalité
en communication politique »
6 et 7 juin 2019
IHECS – Bruxelles

 

L’appel à communication est prolongé jusqu’au 10 avril 2019

Organisé par Élise LE MOING-MAAS – Professeur et Présidente de la section Relations publiques de l’IHECS, Protagoras (IHECS) et ReSIC (ULB) et membre du RESIPROC et ses collègues Nicolas BAYGERT, Esther DURIN, Adrien JAHIER et Loïc NICOLAS.

Penser les rapports entre temps et politique amène d’emblée le chercheur sur un terrain fertile et pluridisciplinaire. Les concepts d’historicité et de temporalités permettent cependant d’en appréhender plus précisément les enjeux actuels en communication politique.

Ces différentes pistes de réflexion nous amènent à identifier trois axes thématiques prioritaires au sein du colloque Protagoras : Le premier axe s’intéressera à l’usage du temps et de l’historicité dans les discours politiques, institutionnels et médiatiques, en rapport avec les modes de légitimation de l’action et des acteurs publics. Le second axe sera consacré à l’impact des nouvelles temporalités sociales et médiatiques sur l’identité et les pratiques du communicant public et politique. Le troisième et dernier axe interrogera plus globalement ces nouvelles temporalités de la communication publique et politique dans leurs enjeux pour la structuration et la consolidation du champ de recherche des sciences de la communication et de l’information.

Capture d’écran 2019-04-02 à 09.05.38

En savoir plus : http://protagoras.ihecs.be/aac3.html

 

Nouvelle date pour l’AAC – Le « côté obscur » de la communication des organisations

Colloque international Org&Co
28-29 mars 2019 – Bordeaux, France

Avec le MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne
Labélisé par la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC)

Résumé de 5000 signes attendu pour le 15 novembre 2018

Colloque Org&Co organisé par des membres du RESIPROC : Valérie Lépine, Laurent Morillon, Valérie Carayol

En savoir plus : https://org-co.fr/aac-colloque-international-orgco

Depuis une vingtaine d’années, les recherches en sciences humaines et sociales, analysent la complexité des processus et comportements humains au travail, en tentant de s’éloigner d’une vision normative et positive de la vie au sein des organisations. Certains travaux, souvent d’orientation critique, ont notamment entrepris d’analyser des pratiques organisationnelles et managériales peu étudiées parce que problématiques, négatives ou contreproductives du point de vue des dirigeants, ou encore des pratiques négligées ou moralement condamnables. La métaphore du « dark side » ou du « côté obscur » des organisations, se diffuse dans des travaux de chercheurs anglo-saxons (par exemple Linstead et al., 2014 ; Glomb, Liao, 2003 ; Griffin et al., 2004). Ils interrogent le volet éthique des pratiques mais également la capacité des organisations à mener des démarches réflexives pour faire face à certains aspects de la vie au travail : violence, maltraitance, mensonge, mépris, incivilités, discriminations, etc.

Dans ce contexte, les dimensions proprement communicationnelles de ces phénomènes, voire certains processus communicationnels eux-mêmes, participent du développement de ce « côté obscur ». Là encore des approches critiques proposent des analyses, par exemple sur les tensions contemporaines entre assujettissement et reconnaissance dans le monde du travail (Heller, 2009, 2014 ; Heller, Huët et Vidaillet, 2013) ou encore sur les inégalités numériques (Granjon 2009, 2011). Mais les travaux du champ de la communication des organisations / organisationnelle s’avèrent relativement épars et laissent différentes zones d’ombre et angles morts sur ce thème particulier. Le prochain colloque Org&Co, accueilli par le MICA (EA 4426), propose donc d’observer, de décrire et de questionner ce que nous envisageons comme le « côté obscur » des organisations et/ou des communications qui les constituent. Il ouvre également un espace de réflexions pour interroger les épistémologies, approches et méthodes à adopter, les problématiques d’accès au terrain ou encore les enjeux éthiques autour des recherches sur ce thème

Cet appel à communication invite les chercheurs à soumettre une proposition qui s’inscrira dans l’un des quatre axes suivants :

  • Axe 1 : Violences, blessures, conflits
  • Axe 2 : Discrimination, assignations catégorielles
  • Axe 3 : Ambiguïté, incertitude, non dits
  • Axe 4 : Corruption, tricherie, mensonge, usage non éthique de l’information

Responsables : Carayol Valérie, Université Bordeaux Montaigne; Lépine Valérie, Université de Grenoble; Morillon Laurent, Université de Toulouse.

 

[AAA] La professionnalisation de la communication politique en question : acteurs, pratiques, métiers

Revue Les Enjeux de l’information et de la communication
Dossier : La professionnalisation de la communication politique en question : acteurs, pratiques, métiers
Coordination : Gersende Blanchard (GERiiCO, Université de Lille) et Sandrine Roginsky (LASCO, Université Catholique de Louvain)

Les propositions sont attendues pour le 15 janvier 2019 

Le dossier proposé, par Gresende Blanchard et Sandrine Roginsky (membre du RESIPROC) souhaite interroger la professionnalisation de la communication politique. En effet, l’activité politique est de plus en plus professionnalisée, ce qui va de pair avec le développement de professions annexes liées à la profession politique (Offerlé, 2016). Il est néanmoins surprenant que les métiers de la communication restent généralement absents des travaux récents sur les modalités de professionnalisation des entourages des professionnels politiques (Offerlé, 1999/2017 ; Courty, 2005 ; Demazière et Le Lidec, 2014 ; Beauvallet et Michon, 2017). Si la communication est identifiée comme une dimension non négligeable du travail politique, les individus qui en ont la charge restent peu connus. Quand la dimension communicationnelle de l’activité politique est abordée, elle l’est généralement en creux, sans qu’on n’en sache beaucoup plus sur les trajectoires et les pratiques des acteurs sociaux en charge, partiellement ou totalement, des activités de communication pour des personnels politiques (élus ou en campagne pour l’être) et/ou pour leur organisation partisane. L’analyse de la professionnalisation de ces faiseurs de la communication, autrement appelés « travailleurs du symbolique » (Neveu, 1994 : 105), reste donc à faire, dans un contexte de technicisation et de perfectionnement des outils et stratégies de communication. Elle s’inscrit dans « l’analyse du marché des emplois en lien avec la politique » préconisée par Delphine Dulong (Dulong in Beauvallet et Michon, 2017 : 248).

Quatre axes de réflexion sont particulièrement envisagés pour analyser les acteurs, les pratiques et les métiers de la communication politique dans le cadre de ce dossier:

  • Axe 1. Trajectoires
  • Axe 2. Activités
  • Axe 3. Relations
  • Axe 4. Représentations

AAC – Le « côté obscur » de la communication des organisations

Colloque international Org&Co
28-29 mars 2019 – Bordeaux, France

Avec le MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne
Labélisé par la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC)

Résumé de 5000 signes attendu pour le 15 novembre 2018

 

Depuis une vingtaine d’années, les recherches en sciences humaines et sociales, analysent la complexité des processus et comportements humains au travail, en tentant de s’éloigner d’une vision normative et positive de la vie au sein des organisations. Certains travaux, souvent d’orientation critique, ont notamment entrepris d’analyser des pratiques organisationnelles et managériales peu étudiées parce que problématiques, négatives ou contreproductives du point de vue des dirigeants, ou encore des pratiques négligées ou moralement condamnables. La métaphore du « dark side » ou du « côté obscur » des organisations, se diffuse dans des travaux de chercheurs anglo-saxons (par exemple Linstead et al., 2014 ; Glomb, Liao, 2003 ; Griffin et al., 2004). Ils interrogent le volet éthique des pratiques mais également la capacité des organisations à mener des démarches réflexives pour faire face à certains aspects de la vie au travail : violence, maltraitance, mensonge, mépris, incivilités, discriminations, etc.

Dans ce contexte, les dimensions proprement communicationnelles de ces phénomènes, voire certains processus communicationnels eux-mêmes, participent du développement de ce « côté obscur ». Là encore des approches critiques proposent des analyses, par exemple sur les tensions contemporaines entre assujettissement et reconnaissance dans le monde du travail (Heller, 2009, 2014 ; Heller, Huët et Vidaillet, 2013) ou encore sur les inégalités numériques (Granjon 2009, 2011). Mais les travaux du champ de la communication des organisations / organisationnelle s’avèrent relativement épars et laissent différentes zones d’ombre et angles morts sur ce thème particulier. Le prochain colloque Org&Co, accueilli par le MICA (EA 4426), propose donc d’observer, de décrire et de questionner ce que nous envisageons comme le « côté obscur » des organisations et/ou des communications qui les constituent. Il ouvre également un espace de réflexions pour interroger les épistémologies, approches et méthodes à adopter, les problématiques d’accès au terrain ou encore les enjeux éthiques autour des recherches sur ce thème

Cet appel à communication invite les chercheurs à soumettre une proposition qui s’inscrira dans l’un des quatre axes suivants :

  • Axe 1 : Violences, blessures, conflits
  • Axe 2 : Discrimination, assignations catégorielles
  • Axe 3 : Ambiguïté, incertitude, non dits
  • Axe 4 : Corruption, tricherie, mensonge, usage non éthique de l’information

Responsables : Carayol Valérie, Université Bordeaux Montaigne; Lépine Valérie, Université de Grenoble; Morillon Laurent, Université de Toulouse.

En savoir plus : https://org-co.fr/aac-colloque-international-orgco