Archives du mot-clé colloque

L’inscription au colloque «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle» est ouverte

L’inscription au colloque annuel 2018 «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle» (11 et 12 juin 2018, CNAM – Paris) est maintenant ouverte. Toutes les inscriptions doivent se faire par l’entremise du site https://resiproc2018.sciencesconf.org.

L’horaire sera diffusé sous peu.

Publicités

Prolongation de l’AAC pour le colloque 2018 «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle»

La date limite de dépôt des propositions pour le colloque «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle» a été repoussée au 28 février 2018.
Le colloque international RESIPROC 2018 se déroule cette année au CNAM
à Paris, les 11 et 12 juin 2018.
Pour plus de détails, consultez l’appel à communication.

Des voeux et des rappels

Une bonne année 2018 de la part des membres RESIPROC. Quelle soit remplie de rencontres riches, de débats porteurs et de maillages fructueux!

À ces voeux sont également associés quelques rappels:

Appel à communication : Ce que la « pratique » fait à la recherche en communication organisationnelle

Colloque international RESIPROC 2018, les 11 et 12 juin 2018, CNAM – Paris. Les propositions doivent parvenir aux responsables scientifiques avant le 15 février 2018.

Consultez l’appel à communication complet

Lancement du numéro 5 «Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation»

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) lance le cinquième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation sous le thème « Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation ».

Ce cinquième numéro de la revue du RESIPROC marque également le lancement l’édition ouverte de Communication & Professionnalisation. Grâce au soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCLouvain et à la collaboration avec les Presses universitaires de Louvain, accédez dès maintenant au no 5, mais également au quatre premiers numéros gratuitement.

AAC – Colloque annuel du RESIPROC sur les parcours des communicateurs professionnels

resiproc_sign_rgb_bannic3a8re

logo-partenaire

Appel à communications
Colloque annuel du RESIPROC 2017
11 et 12 mai 2017 | Université McGill (Montréal, Canada)

La profession de communicateur : parcours atypiques et recherche de statut

La profession de communicateur ou de communicatrice n’est pas un parcours unidirectionnel. Bien que les institutions d’enseignement de même que les associations professionnelles tentent, depuis nombre d’années, d’en baliser les trajectoires (Baillargeon et al., 2013), la complexité et la transdisciplinarité traversant la fonction communication dans les organisations rendent impossible – fort heureusement pourrait-on dire – de circonscrire les contours de ce qui fait “professionnel” en communication. Journalistes se convertissant aux relations publiques ou devenant producteurs de contenus (Baillargeon et al., 2016; Bernier et al., 2005); mathmen constituant les nouveaux communicateurs à l’aune du big data (Couldry et Turow, 2014; Messinger, 2014); responsables des RH endossant la fonction de communicateur interne (Talal, 2013), sans compter les croisements entre politique, marketing et communication (Kugler, 2006 ; Stenger, 2012) : autant d’indices que cette profession “échappe inévitablement à toute maîtrise systématique” (Champy, 2009, p. 84). Ainsi, l’observation de la polysémie et de l’équivocité des titres d’emploi (David and Motulsky, 2010; de la Broise, 2013), les fréquents amalgames professionnels et bifurcations floutant les frontières, les dynamiques d’entrée et sortie dans la profession, le foisonnement de formations “en communication” au courant de la vie témoignent de cette recherche constante de légitimation. Ce colloque international, organisé par le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC), propose donc d’observer et d’interroger l’atypie du parcours professionnel en communication de sorte à en révéler les enjeux, les impacts sur la pratique effective de même que les tensions qu’elle engendre chez les praticiennes et praticiens, les associations et les milieux de formation. De plus, sept ans après la Grande enquête : vers une meilleure connaissance des pratiques en communication dans les organisations canadiennes (David & Motulsky, 2011), qui avait donné le coup d’envoi à la mise sur pied du RESIPROC, ce colloque sera l’occasion de présenter la deuxième édition de cette grande enquête menée auprès de plus de 700 professionnels de l’industrie.

Lire la suite

Programme du colloque «Les questions d’éthique et de déontologie dans la professionnalisation des communicants»

Le programme officiel du colloque Les questions d’éthique et de déontologie dans la professionnalisation des communicants est maintenant disponible. Conférences, tables rondes et discussions animées sont au programme.

Le Colloque RESIPROC 2016 est accueilli à Agadir par le Colloque International «L’identité au Pluriel» organisé par l’Université d’Ibn Zohr à Agadir et l’Université de Poitiers. Les participants pourront ainsi assister à l’ensemble des ateliers et tables rondes des deux colloques.

Pour participer au colloque du RESIPROC, il est nécessaire de vous inscrire au colloque «L’identité au pluriel» (inscription obligatoire même si vous ne souhaitez assister qu’au colloque RESIPROC).

AAC : Information et responsabilité sociétale

Le Réseau Transméditerranéen de Recherche en Communication lance un appel à communication qui pourra intéresser les membres du RESIPROC :

Partager l’information, la transmettre librement constituent un des fondements de nos démocraties. Traditionnellement assurée par les médias, la diffusion de l’information est, aujourd’hui, bouleversée par un monde caractérisé par une complexité croissante, par la globalisation de l’ensemble des activités, par l’avènement du numérique et par l’extension des réseaux sociaux. La figure normée – idéalisée ? – du journaliste, formé par ses pairs, respectant une déontologie, vérifiant ses sources, assumant explicitement et publiquement une ligne éditoriale se brouille.[…] La profession de journaliste connaît des métamorphoses qui posent de nombreuses questions aux intéressés mais qui constituent aussi des objets d’étude pour les chercheurs. Ces métamorphoses professionnelles sont le produit d’autres mutations techniques, économiques, culturelles, en même temps qu’elles affectent la société dans son ensemble. Trois axes sont proposés dans ce Forum pour explorer les dynamiques de changement, les pistes de réflexion ne sont bien évidemment pas exhaustives.

Lire l’appel à communication complet : http://rtrc.ufp.pt/?page_id=189

 

AAC – Les questions d’éthique et de déontologie dans la professionnalisation des communicants

resiproc_sign_rgb_bannière   Sans titre

Colloque International RESIPROC
Les 18, 19 et 20 mai 2016
Agadir (Maroc)

Prolongation de la date de rendu des propositions jusqu’au 15 mars 2016

 

Gourous, spin doctors, conseillers occultes… les professionnels de la communication font de plus en plus parler d’eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l’opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. La surmédiatisation actuelle de certaines pratiques de communication « véreuses » (Bygmalion pour ne citer qu’un exemple), renforce cette perception que les communicants ne sont pas des professionnels crédibles. Sur Itélé en avril 2013, Edwy Plenel journaliste d’investigation et fondateur de Mediapart, décrit les communicants comme « un des poisons de notre démocratie (…). Nous [les journalistes] devons être au service du droit de savoir des citoyens, pas de ces techniques qui essayent de cacher, de voiler, de mentir »[1]. En mars dernier, une étude publiée par le magazine PR Week[2] et réalisée par l’institut d’étude d’opinion londonien Reputation Leaders a révélé que 69 % des personnes interrogées ne font pas confiance aux communicants. Et les résultats de cette étude sont loin d’être une anomalie. Au contraire, ils viennent confirmer l’état de défiance envers les communicants et la communication des entreprises, révélées par de nombreuses enquêtes. Par exemple, 50 % des Français n’ont pas confiance dans la communication des entreprises, selon l’étude Communication & Entreprise / Mediaprism d’avril 2014[3] ; 47 % des Français considèrent que les entreprises mentent lorsqu’elles communiquent, d’après le Baromètre Authenticité Makheai-Occurence, édition 2014[4]… En fait, l’ensemble de ces critiques semble faire écho à la position critique de J. Habermas, qui considérait les relations publiques comme une source de distorsion du fonctionnement de l’espace public tel qu’il le définit.

Lire la suite