Archives du mot-clé éthique

Des voeux et des rappels

Une bonne année 2018 de la part des membres RESIPROC. Quelle soit remplie de rencontres riches, de débats porteurs et de maillages fructueux!

À ces voeux sont également associés quelques rappels:

Appel à communication : Ce que la « pratique » fait à la recherche en communication organisationnelle

Colloque international RESIPROC 2018, les 11 et 12 juin 2018, CNAM – Paris. Les propositions doivent parvenir aux responsables scientifiques avant le 15 février 2018.

Consultez l’appel à communication complet

Lancement du numéro 5 «Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation»

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) lance le cinquième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation sous le thème « Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation ».

Ce cinquième numéro de la revue du RESIPROC marque également le lancement l’édition ouverte de Communication & Professionnalisation. Grâce au soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCLouvain et à la collaboration avec les Presses universitaires de Louvain, accédez dès maintenant au no 5, mais également au quatre premiers numéros gratuitement.

Publicités

Lancement du numéro 5 «Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation»

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) lance le cinquième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation sous le thème « Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation ».

Gourous, spin doctors, conseillers occultes… les professionnels de la communication font de plus en plus parler d’eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l’opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. Face à cette situation, les communicateurs s’insurgent contre le discrédit de leur profession. Comment un communicateur peut-il être éthique dans son métier ? Quelle est la différence entre éthique, déontologie, morale, valeurs, etc. ? Quel rôle les associations professionnelles peuvent-elles avoir ? S’agit-il d’un vrai enjeu de régulation et de reconnaissance ou simplement d’une question d’image ? Comment créer un code éthique qui soit utile à la professionnalisation des communicateurs ? Comment réussir à sensibiliser les étudiants, futurs communicateurs, à la notion d’éthique ? Ce questionnement portant sur la professionnalisation et l’éthique de la communication sera traité dans deux numéros de la revue. Le premier aborde les principes, la question de la régulation et la formation à l’éthique.

Les éditeurs :

  • Andréa Catellani est professeur à l’Université Catholique de Louvain (Belgique)
  • Jean-Claude Domenget est maître de conférences HDR à l’Université de Bourgogne Franche -Comté (France) et membre du laboratoire ELLIAD.
  • Élise Le Moing-Maas est enseignante et chercheur à l’Université Libre de Bruxelles au laboratoire ReSIC et à l’Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS) (Belgique).

Consultez le numéro 5 en édition ouverte

Nouveau ! Communication & Professionnalisation passe en édition ouverte

Ce cinquième numéro de la revue du RESIPROC marque également le lancement l’édition ouverte de Communication & Professionnalisation. Grâce au soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCLouvain et à la collaboration avec les Presses universitaires de Louvain, accédez dès maintenant au no 5, mais également au quatre premiers numéros gratuitement.

Publication du livre «Vers davantage d’éthique en communication. Notions et outils pour mettre en oeuvre une communication responsable.»

Andrea Catellani, membre du RESIPROC, vient de publier en collaboration avec Eric Cobut et Christine Donjean, l’ouvrage Vers davantage d’éthique en communication. Notions et outils pour mettre en oeuvre une communication responsable.

Lire la suite

Appel à articles : Les questions d’éthique et déontologiques dans la professionnalisation des communicants

Le colloque international qui s’est tenu à Agadir du 18 au 20 mai 2016 a permis d’interroger la notion d’éthique en lien avec la professionnalisation des communicants au travers de différents aspects. La revue Communication et professionnalisation lance un appel à articles pour son numéro 5 afin d’approfondir la réflexion autour de six points non exclusifs (des propositions liées au sujet général mais non directement liées à un des points suivants sont acceptables) :

  • La formation des communicants à l’éthique de la communication
  • Régulation de la profession : production et réception des chartes, codes…
  • Les modèles de prise de décision éthique des communicants dans le contexte organisationnel actuel
  • La relation entre éthique des communicateurs et RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises)
  • Interculturalité, communication et éthique.
  • La communication responsable

Lire la suite

Programme du colloque «Les questions d’éthique et de déontologie dans la professionnalisation des communicants»

Le programme officiel du colloque Les questions d’éthique et de déontologie dans la professionnalisation des communicants est maintenant disponible. Conférences, tables rondes et discussions animées sont au programme.

Le Colloque RESIPROC 2016 est accueilli à Agadir par le Colloque International «L’identité au Pluriel» organisé par l’Université d’Ibn Zohr à Agadir et l’Université de Poitiers. Les participants pourront ainsi assister à l’ensemble des ateliers et tables rondes des deux colloques.

Pour participer au colloque du RESIPROC, il est nécessaire de vous inscrire au colloque «L’identité au pluriel» (inscription obligatoire même si vous ne souhaitez assister qu’au colloque RESIPROC).

AAC – Les questions d’éthique et de déontologie dans la professionnalisation des communicants

resiproc_sign_rgb_bannière   Sans titre

Colloque International RESIPROC
Les 18, 19 et 20 mai 2016
Agadir (Maroc)

Prolongation de la date de rendu des propositions jusqu’au 15 mars 2016

 

Gourous, spin doctors, conseillers occultes… les professionnels de la communication font de plus en plus parler d’eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l’opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. La surmédiatisation actuelle de certaines pratiques de communication « véreuses » (Bygmalion pour ne citer qu’un exemple), renforce cette perception que les communicants ne sont pas des professionnels crédibles. Sur Itélé en avril 2013, Edwy Plenel journaliste d’investigation et fondateur de Mediapart, décrit les communicants comme « un des poisons de notre démocratie (…). Nous [les journalistes] devons être au service du droit de savoir des citoyens, pas de ces techniques qui essayent de cacher, de voiler, de mentir »[1]. En mars dernier, une étude publiée par le magazine PR Week[2] et réalisée par l’institut d’étude d’opinion londonien Reputation Leaders a révélé que 69 % des personnes interrogées ne font pas confiance aux communicants. Et les résultats de cette étude sont loin d’être une anomalie. Au contraire, ils viennent confirmer l’état de défiance envers les communicants et la communication des entreprises, révélées par de nombreuses enquêtes. Par exemple, 50 % des Français n’ont pas confiance dans la communication des entreprises, selon l’étude Communication & Entreprise / Mediaprism d’avril 2014[3] ; 47 % des Français considèrent que les entreprises mentent lorsqu’elles communiquent, d’après le Baromètre Authenticité Makheai-Occurence, édition 2014[4]… En fait, l’ensemble de ces critiques semble faire écho à la position critique de J. Habermas, qui considérait les relations publiques comme une source de distorsion du fonctionnement de l’espace public tel qu’il le définit.

Lire la suite