Archives de l’auteur : Dany Baillargeon

A propos Dany Baillargeon

Professeur à l'Université de Sherbrooke.

Lancement du no 6 de Communication & Professionnalisation. «Professionnalisation et éthique de la communication (2) : approches sectorielles»

L’éthique de la communication en pratique dans les différents secteurs de la communication

cover_issue_463_fr_frCe numéro vient compléter le numéro 5, Professionnalisation et éthique de la communication (1) : des principes à la formation, en approfondissant l’analyse des relations entre la professionnalisation et l’éthique de la communication. Piloté par Andréa Catellani (Université catholique de Louvain, LASCO), Jean-Claude Domenget (Université de Bourgogne Franche-Comté) et Élise Le Moing-Maas (Université Libre de Bruxelles, laboratoire ReSIC, IHECS), ce numéro se concentre sur la confrontation entre des logiques professionnelles sectorielles et les questions éthiques. Sont ainsi analysées les relations entre les communicateurs et l’éthique dans les domaines de la communication interne, du coaching, de la communication concernant la responsabilité sociale des entreprises (RSE), de la gestion des données (data), du marketing et de la communication produit (packaging). Est notamment questionné le rôle de l’éthique comme facteur de professionnalisation et de reconnaissance. En effet, l’éthique apparaît comme une composante essentielle du processus en cours de construction d’une identité professionnelle pour les communicateurs. De même, les nouvelles formes de régulation et la constitution de nouveaux référentiels – il suffit de penser au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), entré en application en mai 2018 – conduisent les professionnels de la communication à opérer dans un contexte qui évolue aussi du point de vue des normes. Les articles de ce numéro présentent des réflexions approfondies sur ces thèmes, et offrent un éventail large de références théoriques et méthodologiques.

Lire le numéro en ligne

Lire la suite

Publicités

AAA – Mesurer la communication? Ce que les outils de mesure font à la professionnalisation de la communication.

Appel à contribution, no 9, 2019

Mesurer la communication ? Ce que les outils de mesure font à la professionnalisation de la communication.

 

Ce numéro thématique entend explorer les relations qui se nouent entre formes de mesure numérique et processus de professionnalisation des communicateurs. Il s’agit par-là de contribuer aux différentes voies de recherches engagées par Communication & professionnalisation autour des dynamiques de professionnalisation des communicateurs à l’heure d’une massification des outils numériques, parmi lesquels les outils de monitoring.

Nicolas Peirot (Cimeos, Université de Bourgogne ) et Sandrine Roginsky (Lasco, Université catholique de Louvain)

Le numéro proposé sera articulé autour de trois axes :

  • Axe 1 : Interroger le concept de mesures par les SIC
  • Axe 2 : Mesures et reconnaissances professionnelles
  • Axe 3 : Nouvelles rationalités de gouvernance et de gestion

Consultez l’appel à article complet

Parution de «Créativité et organisation : tensions communicationnelles»

La revue Communiquer, revue de communication sociale et publique vient de faire paraître le numéro thématique «Créativité et organisation : tensions communicationnelles», coordonné par Dany Baillargeon et Alexandre Coutant, deux membres du RESIPROC.

couverture_21-small4801«La créativité constitue à de nombreux égards un objet contre-intuitif pour les sciences sociales. L’opinion courante l’associe davantage au trait de génie, à l’étincelle aussi brillante qu’inexpliquée. Il serait alors bien présomptueux de tenter d’en saisir froidement les mécanismes. Pourtant, le terme créativité a envahi les organisations ces dernières. Plus seulement cantonnée aux métiers traditionnels de la création, elle doit désormais être mobilisée par les concepteurs des différents supports de communication, les rédacteurs, les stratèges en communication et consultants spécialisés, mais aussi les chefs de projets, les animateurs de communautés, les responsables RH, la comptabilité ; bref tous sont appelés à la barre de la créativité, supposant que tous y contribuent. Dans ce régime, doit-on conclure qu’en communication, on ne peut pas ne pas être créatif ? Cependant, son omniprésence ne va pas sans une impression de flou associée à son emploi. Entend-on strictement la même chose dans tous ces domaines ? À quel élément essentiel à la vie des organisations est-elle censée répondre pour être ainsi constamment mobilisée, voire galvaudée ? Comment s’accommode-t-elle avec une logique gestionnaire de plus en plus rationalisante où le risque économique inhibe le risque inhérent à la mise en place de processus de création ? Ce ne sont là que quelques questions auxquelles les auteurs de ce dossier thématique répondent, tout en articulant la relation entre créativité, organisation et communication. »

Lire la suite

Programme officiel du colloque « Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle »

Le programme officiel du prochain colloque annuel du RESIPROC (11 et 12 juin 2018 Conservatoire national des arts et métiers CNAM – Paris) est maintenant disponible.

Plénières, présentations, tables rondes avec chercheurs et professionnels de la communication : un programme riche pour interroger les interactions entre chercheurs et communicateurs à partir de quatre axes : « Des tensions aux accords épistémologiques », « Quand la science est mobilisée par les communicateurs », « Les compromis lors des recherches impliquées, appliquées et actions » et « Éthique du chercheur impliqué ».

Inscription, incluant les pauses café et les déjeuners pour les deux jours : 50 € pour les doctorants, 100 € pour les enseignants, chercheurs et professionnels. Inscription au : https://resiproc2018.sciencesconf.org/

Programme préliminaire du colloque « Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle »

Le programme préliminaire du prochain colloque annuel du RESIPROC (11 et 12 juin 2018 Conservatoire national des arts et métiers CNAM – Paris) est maintenant lancé.

Plénières, présentations, tables rondes avec chercheurs et professionnels de la communication : un programme riche pour interroger les interactions entre chercheurs et communicateurs à partir de quatre axes : « Des tensions aux accords épistémologiques », « Quand la science est mobilisée par les communicateurs », « Les compromis lors des recherches impliquées, appliquées et actions » et « Éthique du chercheur impliqué ».

Inscription, incluant les pauses café et les déjeuners pour les deux jours : 50 € pour les doctorants, 100 € pour les enseignants, chercheurs et professionnels. Inscription au : https://resiproc2018.sciencesconf.org/

Le dialogue entre chercheurs et praticiens : la recherche qualitative collaborative entre enjeux et arrangements méthodologiques

Sous le thème «Le dialogue entre chercheurs et praticiens : la recherche qualitative collaborative entre enjeux et arrangements méthodologiques», le prochain colloque de l’Association pour la recherche qualitative pourrait intéresser  les membres du réseau RESIPROC.

Nouvelle date limite pour soumettre une proposition : 12 août 2018 Lire la suite

AAA : Une approche communicationnelle de la santé au travail.

 

Appel à articles
Revue Sciences de la société, n°106, 2019

Laurent Morillon, Valérie Carayol, Sylvie Grosjean

Nouvelle date de remise des propositions : 15 avril 2018

Que ce soit sur la scène socio-professionnelle, celle des média ou encore de la recherche, les questions de la « santé au travail » sont d’actualité dans les pays occidentaux depuis les années 1990. Si la paternité institutionnelle de l’expression revient à l’Union Européenne (Aballéa, Mias, 2014), celle-ci apparaît aujourd’hui très diversement définie. D’emblée, l’association des deux termes semble paradoxale, la souffrance étant à l’origine latine du mot travail (tripalium1). Si celui-ci – qu’il soit prescrit, réalisé ou vécu – peut participer à l’accomplissement et à la construction identitaire de l’individu ainsi qu’à l’entretien de sa condition physique, il peut également être source de souffrances, d’accidents, de maladies (par exemple de cancers liés à la manipulation de produits), d’épuisements (physique, psychique, etc.) voire de décès. Or, la potentielle étude de ces effets s’avère d’autant plus difficile qu’ils sont potentiellement différés, que leurs causes sont multiples et complexes et que les liens à la morbidité sont difficiles à évaluer. Les réflexions entreprises portent alors sur l’impact sur la santé des techniques, produits, postures, conditions d’exécution de la tâche, modes d’organisation et de gestion (dont celle des « ressources humaines »), de la pénibilité physique, de l’usure des corps, de la dangerosité de l’environnement. Aujourd’hui, la santé au travail est déclinée et entreprise selon différentes entrées : Risques Psychosociaux (RPS), Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), Qualité de Vie au Travail (QVT), etc. Là encore, les définitions divergent, centrées sur l’individu ou le collectif, visant la prévention ou la réparation, établies dans une optique d’analyse ou de législation.

A l’occasion de ce numéro de la revue Sciences de la société, nous nous proposons de contribuer à l’enrichissement des travaux en sciences humaines et sociales sur la santé au travail. Les auteurs sont invités à aborder ces questions dans une problématique info-communicationnelle ou dans une problématique qui verrait l’objet « information » ou « communication » occuper une place centrale. Ils interrogeront leur place et/ou leur rôle vis-à-vis de la santé au travail. Les réflexions et potentiels modèles théoriques proposés prendront appui de manière privilégiée sur des enquêtes de terrain. Les contributions s’inscriront prioritairement dans les sciences de l’information et de la communication mais les contributions de chercheurs d’autres disciplines (sociologie, psychosociologie du travail et des organisations…) sont les bienvenues.

Calendrier :

Nouvelle date de remise des propositions de deux pages maximum : 15 avril 2018 Sélection des propositions : 30 mai 2018
Remise de l’article intégral : 30 septembre 2018
Évaluation par le comité scientifique : 15 octobre 2018
Publication du n° 106 de la revue Sciences de la société : premier trimestre 2019