L’inscription au colloque «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle» est ouverte

L’inscription au colloque annuel 2018 «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle» (11 et 12 juin 2018, CNAM – Paris) est maintenant ouverte. Toutes les inscriptions doivent se faire par l’entremise du site https://resiproc2018.sciencesconf.org.

L’horaire sera diffusé sous peu.

Publicités

AAC : La communication européenne : vers un tournant agonistique ?

Plusieurs membres du RESIPROC participent à l’organisation du colloque «La communication européenne : vers un tournant agonistique ?», qui se tiendra les 30 et 31 mai 2018 IHECS – Bruxelles.

L’appel à article est prolongé jusqu’au 15 mars 2018. 

Ce second colloque PROTAGORAS se place, à l’instar du premier, à la croisée des disciplines : les sciences sociales et politiques ; les sciences de l’information et de la communication ; les sciences du langage. Il invite à se saisir de la tension consensus / dissensus qui est au cœur de la communication publique et politique européenne et de sa médiatisation. Trois niveaux d’analyse sont suggérés : le niveau linguistique/textuel ; le niveau sémiologique ; le niveau communicationnel et des pratiques.

 

Plus de détails : http://protagoras.ihecs.be/aac2_fr.html

Prolongation de l’AAC pour le colloque 2018 «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle»

La date limite de dépôt des propositions pour le colloque «Ce que la “pratique” fait à la recherche en communication organisationnelle» a été repoussée au 28 février 2018.
Le colloque international RESIPROC 2018 se déroule cette année au CNAM
à Paris, les 11 et 12 juin 2018.
Pour plus de détails, consultez l’appel à communication.

Des voeux et des rappels

Une bonne année 2018 de la part des membres RESIPROC. Quelle soit remplie de rencontres riches, de débats porteurs et de maillages fructueux!

À ces voeux sont également associés quelques rappels:

Appel à communication : Ce que la « pratique » fait à la recherche en communication organisationnelle

Colloque international RESIPROC 2018, les 11 et 12 juin 2018, CNAM – Paris. Les propositions doivent parvenir aux responsables scientifiques avant le 15 février 2018.

Consultez l’appel à communication complet

Lancement du numéro 5 «Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation»

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) lance le cinquième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation sous le thème « Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation ».

Ce cinquième numéro de la revue du RESIPROC marque également le lancement l’édition ouverte de Communication & Professionnalisation. Grâce au soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCLouvain et à la collaboration avec les Presses universitaires de Louvain, accédez dès maintenant au no 5, mais également au quatre premiers numéros gratuitement.

Lancement du numéro 5 «Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation»

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) lance le cinquième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation sous le thème « Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation ».

Gourous, spin doctors, conseillers occultes… les professionnels de la communication font de plus en plus parler d’eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l’opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. Face à cette situation, les communicateurs s’insurgent contre le discrédit de leur profession. Comment un communicateur peut-il être éthique dans son métier ? Quelle est la différence entre éthique, déontologie, morale, valeurs, etc. ? Quel rôle les associations professionnelles peuvent-elles avoir ? S’agit-il d’un vrai enjeu de régulation et de reconnaissance ou simplement d’une question d’image ? Comment créer un code éthique qui soit utile à la professionnalisation des communicateurs ? Comment réussir à sensibiliser les étudiants, futurs communicateurs, à la notion d’éthique ? Ce questionnement portant sur la professionnalisation et l’éthique de la communication sera traité dans deux numéros de la revue. Le premier aborde les principes, la question de la régulation et la formation à l’éthique.

Les éditeurs :

  • Andréa Catellani est professeur à l’Université Catholique de Louvain (Belgique)
  • Jean-Claude Domenget est maître de conférences HDR à l’Université de Bourgogne Franche -Comté (France) et membre du laboratoire ELLIAD.
  • Élise Le Moing-Maas est enseignante et chercheur à l’Université Libre de Bruxelles au laboratoire ReSIC et à l’Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS) (Belgique).

Consultez le numéro 5 en édition ouverte

Nouveau ! Communication & Professionnalisation passe en édition ouverte

Ce cinquième numéro de la revue du RESIPROC marque également le lancement l’édition ouverte de Communication & Professionnalisation. Grâce au soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCLouvain et à la collaboration avec les Presses universitaires de Louvain, accédez dès maintenant au no 5, mais également au quatre premiers numéros gratuitement.

Captations du colloque 2017 «La profession de communicateur : parcours atypiques et recherche de statut»

Les 11 et 12 mai 2017, à l’Université McGill, avait lieu le colloque annuel du RESIPROC «La profession de communicateur : parcours atypiques et recherche de statut» (voir l’appel à communication).

Vous trouverez ci-après les captations des participantes et participants qui ont accepté que soit diffusée leur présentation.

Lire la suite

AAC : Ce que la « pratique » fait à la recherche en communication organisationnelle

Colloque international RESIPROC 2018
Les 11 et 12 juin 2018
CNAM – Paris

Les inscriptions au colloque sont ouvertes : https://resiproc2018.sciencesconf.org

Dans le champ de la communication des organisations, dite aussi organisationnelle, les relations entre chercheurs et praticiens sont qualifiées par certains de limitées et difficiles (Jeanneret et Ollivier, 2004 ; Brulois et Charpentier 2009). Gryspeerdt (2004) utilise même les termes de « césure », « clivage », « fossé » et « tension » pour les caractériser. Héritages institutionnels et sociétaux, espaces de légitimation différenciés, représentations et postures respectives… plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation. Pourtant, que ce soit à l’initiative des uns ou des autres, communicateurs et chercheurs interagissent directement lors de rencontres, de collaborations, d’observations, d’interventions ou par la médiation de documents (revues et ouvrages scientifiques, presse spécialisée, manuels, etc.), d’organisations dédiées (par exemple l’Anvie, le Resiproc), de dispositifs de formation ou de recherche (laboratoires communs, conventions industrielles de formation par la recherche, recherches impliquées et actions, etc.) ou encore d’événements (colloques, conférences, rencontres professionnelles, etc.). Les motivations sont de différentes natures. Du côté des praticiens, sur plusieurs thèmes (Tic, conduite du changement, processus de décisions, communication stratégique, etc.), la recherche peut permettre de se distancier du travail quotidien, de sortir des injonctions du temps court, de mettre en perspective les productions, ou, dans une optique de performance, de transformer théories et analyses en connaissances opérationnelles pour in fine « fabriquer » les activités. Pour les chercheurs, l’accès au terrain peut s’avérer nécessaire que ce soit pour recenser des pratiques, mettre à l’épreuve des théories et des concepts, les mettre en tension avec des savoirs pratiques ou pour expérimenter. En outre, au-delà d’une valorisation de leurs travaux, les démarches qu’ils entreprennent dans les associations professionnelles ou les filières professionnalisantes sont susceptibles d’accompagner le développement et la reconnaissance des métiers. Enfin, des interventions dans le cadre de recherches appliquées voire actions – au-delà d’une rétribution qui participe aux besoins financiers des laboratoires et des chercheurs – peuvent donner lieu à la production d’écrits universitaires et par la suite contribuer à la reconnaissance de leurs auteurs.
Lire la suite