Archives pour la catégorie Publications des membres

Lancement du numéro 5 «Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation»

Le Réseau international sur la professionnalisation des communicateurs (RESIPROC) lance le cinquième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation sous le thème « Professionnalisation et éthique de la communication : des principes à la formation ».

Gourous, spin doctors, conseillers occultes… les professionnels de la communication font de plus en plus parler d’eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l’opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. Face à cette situation, les communicateurs s’insurgent contre le discrédit de leur profession. Comment un communicateur peut-il être éthique dans son métier ? Quelle est la différence entre éthique, déontologie, morale, valeurs, etc. ? Quel rôle les associations professionnelles peuvent-elles avoir ? S’agit-il d’un vrai enjeu de régulation et de reconnaissance ou simplement d’une question d’image ? Comment créer un code éthique qui soit utile à la professionnalisation des communicateurs ? Comment réussir à sensibiliser les étudiants, futurs communicateurs, à la notion d’éthique ? Ce questionnement portant sur la professionnalisation et l’éthique de la communication sera traité dans deux numéros de la revue. Le premier aborde les principes, la question de la régulation et la formation à l’éthique.

Les éditeurs :

  • Andréa Catellani est professeur à l’Université Catholique de Louvain (Belgique)
  • Jean-Claude Domenget est maître de conférences HDR à l’Université de Bourgogne Franche -Comté (France) et membre du laboratoire ELLIAD.
  • Élise Le Moing-Maas est enseignante et chercheur à l’Université Libre de Bruxelles au laboratoire ReSIC et à l’Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS) (Belgique).

Consultez le numéro 5 en édition ouverte

Nouveau ! Communication & Professionnalisation passe en édition ouverte

Ce cinquième numéro de la revue du RESIPROC marque également le lancement l’édition ouverte de Communication & Professionnalisation. Grâce au soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCLouvain et à la collaboration avec les Presses universitaires de Louvain, accédez dès maintenant au no 5, mais également au quatre premiers numéros gratuitement.

Publicités

Publication du livre «Vers davantage d’éthique en communication. Notions et outils pour mettre en oeuvre une communication responsable.»

Andrea Catellani, membre du RESIPROC, vient de publier en collaboration avec Eric Cobut et Christine Donjean, l’ouvrage Vers davantage d’éthique en communication. Notions et outils pour mettre en oeuvre une communication responsable.

Lire la suite

Publication de l’ouvrage «Communications & organisations : accélérations temporelles»

Capture d’écran 2017-07-10 à 09.45.43.pngValérie Lépine, membre active du RESIPROC, Sylvie Alemanno et Christian Le Moënne viennent de lancer l’ouvrage Communications & organisations : accélérations temporelles, aux éditions L’Harmattan.

Cet ouvrage propose dans sa globalité d’observer le couplage communications/organisations et ses temporalités. Qu’elles soient transformées par le numérique, par la mondialisation ou encore par les politiques publiques voire par une combinaison de ces différents éléments, les temporalités organisationnelles en transformations tendent davantage vers l’accélération que vers une gestion humainement raisonnable du temps de travail et au travail. L’accélération temporelle en organisations comporte autant de risques humains et techniques qu’elle est source de créativité (creusée par le processus d’adaptation) dans les restructurations organisationnelles et les pratiques professionnelles.

Les rationalités temporelles qu’elles soient en plan, en flux ou en normes d’action (Partie 1) peuvent s’imposer comme des nécessités face aux dyschronies mais elles en sont parfois aussi à l’origine (Partie 2). Elles déclenchent en retour des phénomènes de réappropriations plurielles (Partie 3) adaptatives et parfois très créatives dans des environnements ou dans des pratiques qui tentent d’échapper aux contraintes temporelles, ou tout au moins de les redéfinir partiellement.

Téléchargez la table des matières

Appels à communication émanant de membres du RESIPROC

Plusieurs membres du RESIPROC participent à des appels à communication, que nous partageons ici.

AAC / Explorer la nature paradoxale des organisations hybrides

Les organisations hybrides sont mues par des valeurs, des idéaux et des mécanismes hétérogènes qui produisent des tensions qui les fragilisent.  À partir d’un dialogue entre professionnels et chercheurs, ce colloque explore les approches, méthodes, concepts et pratiques permettant de rendre compte de ces tensions et de la manière dont elles constituent l’hybridation organisationnelle.

Date limite d’envoi des communications : 10 février 2017.


AAC / Communiquer (sur) la radicalité

La radicalité politique – objet de nombreuses études en sociologie de l’action collective, mais aussi en philosophie – constitue un terrain d’enquête particulièrement fertile au regard de la variété des corpus qu’elle nourrit et des mobilisations qu’elle porte à gauche comme à droite. Lieu travaillé par des luttes symboliques visant la définition de la réalité (que celle-ci soit sociale, historique ou empirique), la parole radicale ressemble à cette « arène en réduction » dont parle Mikhaïl Bakhtine (1977 [1929] : 67). Une arène où s’illustrent, s’entrecroisent et s’affrontent visions du monde, idées, projets et dynamiques contradictoires. Ceci dit, malgré l’intérêt du terrain, les recherches dédiées à la radicalité, en communication politique comme en sciences du langage, n’en restent pas moins marginales. C’est à ce vide (au moins relatif) qu’entend répondre la présente journée d’étude en réunissant chercheurs pluridisciplinaires, professionnels et praticiens de la communication publique et politique.

Date limite d’envoi des communications : 15 février 2017

Parution du n°4 de la revue Communication & Professionnalisation

Dynamiques de professionnalisation en communication : entre ruptures et continuités, prescription et émancipation

Le réseau du RESIPROC est heureux de vous annoncer la parution du quatrième numéro de la revue scientifique Communication & Professionnalisation.

L’expansion et la segmentation des métiers de l’information et de la communication au sein des milieux professionnels, ces dernières années, ainsi que la multiplication de formations liées à la communication, sous toutes ses formes, rendent compte d’une dynamique de professionnalisation du secteur. Si cette dynamique est reconnue par les praticiens eux-mêmes, la difficulté à délimiter une expertise propre et des pratiques reconnues et légitimes persiste. Comment, en effet, départager le professionnel du praticien amateur ? Comment les communicateurs peuvent-ils faire valoir leur professionnalisme ? Comment peuvent-ils développer une identité de métier spécifique et comment définir celle-ci ? Dans quelle mesure le praticien peut-il exister professionnellement dans un monde de plus en plus communicant si son identité apparaît floue ou fragile ? Ce nouveau numéro vise à identifier les évolutions en cours dans le champ de la communication en entreprise et à analyser la posture des praticiens face à elles.

Commander le numéro au Presses universitaires de Louvain

 

Lire la suite

[Extension] AAA : Créativité et organisation : une tension communicationnelle

Deux membres du RESIPROC, Dany Baillargeon et Alexandre Coutant, lancent un appel à article :

Créativité et organisation : une tension communicationnelle

Nouvelle date limite de réception des propositions :
31 janvier 2017

 Nombre d’auteurs ont abordé la relation organisation et créativité du point de vue de la gestion de l’innovation (Auger, 2009 ; Hauch, 2002 ; King, 1990 ; Paris, 2007), du climat ou, encore, des conditions facilitatrices (Amabile et al., 1996). Plusieurs ont investi le champ des industries créatives et de la sociopolitique de la créativité et de l’innovation, tentant de repérer les conditions socioéconomiques produisant des externalités créatives (Delgado, Porter et Stern, 2010 ; Florida, 2003 ; Hutton, 2006 ; Simon, 2009).

 Toutefois, la dimension communicationnelle est souvent occultée, comme si les fonctions et les structures se vivaient hors des interactions et des relations (Trujillo, 1983).

 Ainsi, quel rôle joue la communication organisationnelle dans sa dissémination, sa légitimation ou, à l’inverse, son inhibition ? Comment, d’un point de vue communicationnel, performe-t-on ou incarne-t-on la créativité au sein des organisations (Cooren, 2010 ; Gaertner, 2010), et comment se transmettent et se débattent les différentes idéologies de la créativité (Baillargeon, 2014 ; Hackley et Kover, 2007) entre les corps de métiers (Drazin, 1990, Drazin et al., 1999 ; Hirschman, 1989), malgré l’apparente incommunicabilité de la nature même de la création (Paris, 2010). Ainsi, nous proposons d’encourager l’étude de la créativité en interrogeant le caractère constitutif ou organisant des tensions, des performances et des discours faits au nom de cette créativité.

Pour plus de détails sur les modalités de proposition, les axes à développer, consultez l’appel à communication à l’adresse suivante : http://communiquer.revues.org/1839

AAA : Créativité et organisation : une tension communicationnelle

Deux membres du RESIPROC, Dany Baillargeon et Alexandre Coutant, lancent un appel à article :

Créativité et organisation : une tension communicationnelle

Date limite de réception des propositions : 15 décembre 2016

 Nombre d’auteurs ont abordé la relation organisation et créativité du point de vue de la gestion de l’innovation (Auger, 2009 ; Hauch, 2002 ; King, 1990 ; Paris, 2007), du climat ou, encore, des conditions facilitatrices (Amabile et al., 1996). Plusieurs ont investi le champ des industries créatives et de la sociopolitique de la créativité et de l’innovation, tentant de repérer les conditions socioéconomiques produisant des externalités créatives (Delgado, Porter et Stern, 2010 ; Florida, 2003 ; Hutton, 2006 ; Simon, 2009).

 Toutefois, la dimension communicationnelle est souvent occultée, comme si les fonctions et les structures se vivaient hors des interactions et des relations (Trujillo, 1983).

 Ainsi, quel rôle joue la communication organisationnelle dans sa dissémination, sa légitimation ou, à l’inverse, son inhibition ? Comment, d’un point de vue communicationnel, performe-t-on ou incarne-t-on la créativité au sein des organisations (Cooren, 2010 ; Gaertner, 2010), et comment se transmettent et se débattent les différentes idéologies de la créativité (Baillargeon, 2014 ; Hackley et Kover, 2007) entre les corps de métiers (Drazin, 1990, Drazin et al., 1999 ; Hirschman, 1989), malgré l’apparente incommunicabilité de la nature même de la création (Paris, 2010). Ainsi, nous proposons d’encourager l’étude de la créativité en interrogeant le caractère constitutif ou organisant des tensions, des performances et des discours faits au nom de cette créativité.

Pour plus de détails sur les modalités de proposition, les axes à développer, consultez l’appel à communication à l’adresse suivante : http://communiquer.revues.org/1839